Béni , La larme de trop

L’Afrique est belle , malheureusement sa terre est rougie par le sang de tellement d’innocents qui perdent la vie au gré des conflits ethniques,économiques,politiques plus futiles les uns que les autres. Entre l’égo démesuré d’une classe dirigeante aux portes de l’eau delà qui s’accroche au pouvoir et la corruption à tous les échelons de la société, l’Afrique va mal. Les indicateurs économiques sont au vert, l’afro-optimisme a le vent en poupe. L’entrepreneuriat est devenu l’arme des jeunes africains pour prendre en main leur destin et celle des politiciens pour faire oublier le chômage, tout le monde y gagne ,me direz vous.

Il y a quelques jours,dans la nuit du 13 au 14 août,le village de Rwangoma dans la localité de Béni au Congo a vécu, une fois de plus, une scène macabre. Les auteurs présumés sont des miliciens du groupe ADF, à mes yeux, des terroristes, des rébus de la société. Un massacre comme on en a trop vu sur le continent noir, une journée de plus qui a vu des africains tuer des africains. Cessez, par pitié, cessez de vous entretuer. J’écris avec une plume pleine d’utopie, un brin de colère et l’idéal d’une Afrique qui n’existera peut-être pas de mon vivant, mais je fais le choix d’y croire. L’omerta sur Béni n’aurait rien de surprenant si elle ne concernait que les médias étrangers, j’ai encore le souvenir du massacre d’une centaine d’étudiants au Kenya qui a eu droit à 8 secondes sur une chaîne internationale ,passons. Le plus triste c’est de voir l’indifférence des médias africains.  Je suis Camerounais mais j’ai l’âme blessée par les morts au Congo ou ailleurs. J’estime que c’est aussi mon problème, libre à vous d’estimer que ce n’est pas le vôtre. Un article de Sarah Verhnes dans Le Monde évoque les difficultés de la Mission des Nations unies pour la stabilisation démocratique du Congo. Visiblement le Coltan ,l’or et les diamants de la RDC n’ont pas finit d’attiser la convoitise des uns et des autres. Le Coltan est un minerais souvent utilisé dans le secteur des nouvelles technologies, entre autres pour la production de smartphones. Ma question est, qui achète le Coltan du Congo ? Qu’est ce qui motive ces miliciens à risquer leur vie pour contrôler les mines, l’argent, d’où vient-il ? Un reportage de Cash Investigation réalisé par Elise Lucet sur les smartphones et les exploitations minières au Congo apporte un début de réponse… Vous pouvez le retrouver ici .

D’après Le Monde, la Monusco a un budget de fonctionnement qui s’élève à 3 millions de dollars par jour. Même dans ces conditions, elle reste impuissante face à des miliciens qui se cachent dans la forêt. Certains évoquent des complicités au sein même de l’armée,espérons qu’ils se trompent. En 2014, « plus d’un demi millier de civils » ont été tués. Dans son communiqué, le représentant spécial du SG de l’ONU en RDC déclare « La Monusco déclare cet acte barbare commis contre les populations civiles ». C’est louable, ceci dit , c’est malheureux que la Monusco soit réduite à présenter plus de condoléances qu’à sauver des vies.

Que les autres n’en parlent pas ne me choque plus, que vous n’en parliez pas, me révolte. Il ne s’agit pas que de Béni,il s’agit de toutes les fois où des journalistes africains sont restés muets comme une carpe face à des crises en Afrique, il s’agit de ce noble métier de journaliste que vous trainez dans la boue par votre silence coupable. L’information sur l’Afrique est plus traitée par des étrangers que par des africains, nous sommes le problème. 31 corps à la Morgue de l’Hopital de Béni et 5 victimes enterrées sur le lieu du Massacre, ces vies perduent méritent plus que des messages sur les réseaux sociaux. Ces personnes méritent que le gouvernement Congolais et la Monusco agissent et mettent enfin un terme a une série de massacre qui n’a que trop duré. Quand un enfant africain perd la vie, qui sait ce qu’il aurait pu devenir, qui sait combien de talents l’humanité ne connaitra jamais, qui parmi nous peut imaginer la douleur d’une mère qui perd son enfant. Ce ne sont peut-être « que » des villageois, ils n’ont pas de smartphone pour hurler leur peine sur twitter, ils n’ont pas les costumes requis pour les salons feutrés de la diaspora sur le développement d’une Afrique dont beaucoup n’ont que le passeport. Mais ils méritent votre attention,ils méritent votre intérêt. La mort de 31 citoyens américains ou européens ne passerait pas inaperçue, ne contribuons pas faire sombrer celle 31 africains dans l’oubli. C’est triste qu’on prenne la vie des noirs comme une sous-existence, nous avons le droit de vivre et le droit d’exister par nous même. Frères du Congo,mon cœur est à Béni ce soir, que l’âme de vos proches repose en paix.

3 thoughts on “Béni , La larme de trop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *