LE LOBBYING MILITAIRE AMERICAIN DANS LE GOLFE PERSIQUE

L’humanité est comme la nature de l’ADN souvent si complexe que l’on peine à en comprendre les contours. Pourtant des hommes partout dans le monde sont passé maitres dans l’art d’influencer et de comprendre la psychologie de l’autre. Cet art de l’intelligence économique est appelé le Lobbying. Afin de cerner le lobby militaire américain dans le golfe persique dans son ensemble il convient de situer le contexte dans lequel les conflits d’intérêts des acteurs se tiennent. Ensuite nous étudierons les principaux acteurs du lobby américain dans la région et leurs centres d’intérêt et les stratégies du gouvernement américain pour garder le contrôle de la région. En 1998 les Etats-Unis avaient répertoriés 10408 lobbyistes, en 2012 ils étaient 12016, c’est dire l’engouement dans ce secteur durant la dernière décennie.
35 % du pétrole mondial transite par cette zone. Soit 500 navires par semaine dont 65 % de navires pétroliers et méthaniers. Aujourd’hui le risque militaire lié à la zone est devenu un argument de vente des américains. Les principaux acteurs en termes de lobbying pour le compte des Etats-Unis sont des cabinets privés. Nous avons pu obtenir des listes des différentes firmes de lobbying dans le domaine de la défense aux USA via le site www.opensecret.org .Ceci dit les listes étant très exhaustives qu’il s’agisse du nom du cabinet ou des noms des lobbyistes eux même nous ne pouvons pas les insérer dans ce document pour des raisons de forme.

Avec ces données nous pouvons mieux analyser le lobbying dans le golfe persique.
Dans le golfe persique, les américains entretiennent la terreur avec une médiatisation péjorative du programme nucléaire iranien à coup d’opérations de guerre psychologiques récurrentes. Dans ce contexte les sociétés militaires privées (SMP) gagnent des contrats de sécurité dans toute la région et boostent les ventes d’armes du gouvernement, aujourd’hui 60 % des ventes d’armes américaines se font au moyen orient. Conséquence directe ,des pays du golfe ont fait passer les ventes d’armes de 66,3 milliards de dollars à 85,3 milliards .Selon le New York times et le rapport du congrès il s’agit des meilleurs résultats de vente d’arme à l’export de l’histoire des Etats-Unis.
Durant le premier trimestre 109 firmes de lobbying ont été employées par les 10 plus grands contractants fédéraux des Etats Unis qui sont (Boeing, BAE Systems, SAIC, Oshkosh, Northrop Grumman , Lockheed Martin, L-3 communications, Raytheon , United technologies, General Dynamics) et ont reçus 138,4 milliards en contrats.

Le nombre d’interconnexions entre les entreprises de lobbying au service des groupes de défense démontre clairement que les intérêts américains dans le golfe persique ou ailleurs sont défendu par des groupes à la fois concurrents et alliés. L’effet final recherché étant de vendre des armes pour le compte des Etats-Unis. Parmi les 20 entreprises ayant le plus effectué de dépenses en matière de lobbying entre 1998 et 2012 figurent Lockheed Martin et Boeing.
L’une de ces firmes BAE Systems signait dans la nuit du 24 au 25 octobre (Heure française)2012 un contrat de 12 millions de dollars pour mettre à jours le matériel de télécommunication de l’armée saoudienne et d’autres partenaires américains. Ce sont 84 F-15 de combat et la mise à jour de 70 déjà présent dans la flotte saoudienne. Une dizaine d’apache et d’hélicoptères Black Hawks d’une valeur de 33,4 milliards de dollars. Les Emirats ont eu droit à 16 Chinook hélicoptères de Boeing pour $939 million et un terminal de défense aérienne en haute altitude. L’opération a été effectuée avec le soutient du Cabinet Ernst and Young qui est ni plus ni moins que le troisième plus grand cabinet de conseil en terme de chiffre d’affaires. Il couvre la plupart des gros contrats sur lesquels Boeing s’engage dans la région.

L’Oman a acheté 18 F-16 fighters pour un montant de 1,4 milliards à General Dynamics grâce au contrat de lobbying avec des cabinets et les Départements de la défense, l’armée, la marine et de l’énergie. Ces derniers ont en effet joué de tout leur poids dans la région pour inciter le gouvernement du pays faire l’achat. Les cabinets Williams & Jensen et Denny Miller Assoc sont les principaux bénéficiaires des contrats de lobbying de Général Dynamics qui s’assure un chiffre d’affaire considérable dans le golfe vu les ventes de 2011.Ceci dit nous avons observé l’implication quasi-systématiques d’organes d’Etats américains dans les stratégies de lobbying mise en place par des entreprises privées. Sur les 10 leaders du marché de la défense aux Etats-Unis , 4 font systématiquement appels aux organes de l’etat sur les marchés dans le golfe, il s’agit de Boeing, Lockheed Martin, General Dynamics et BAE Systems. Les rapports de lobbying montrent l’implication d’agences de renseignements américaines, le soutien du Senat et du Congrès américain aux entreprises de défenses.
Lockheed Martin dispose d’une équipe de 89 lobbyistes à son service près à défendre ses intérêts. Ils ont fait preuve de leur efficacité en gagnant un contrat avec les Emirats Arabes unis pour la livraison de deux batteries du système antimissile THAAD (Terminal High Altitude Area Défense) avec 96 intercepteurs ainsi que deux radars AN/TPY-2 pour un montant total de 3,48 milliards de dollars, dont 1,96 milliards pour Lockheed-Martin.
La signature historique du traité sur le nucléaire avec l’Iran a permis de calmer le jeu dans le Moyen-Orient du moins, d’alléger les tensions. D’un côté Israël bien que ne souhaitant pas cet accord a désormais la garantie fut-elle provisoire que l’Iran n’aura pas l’arme nucléaire. L’histoire des accords de défense n’est faite que de trahisons. Israël a développé l’arme atomique dans le plus grand secret. Il ne serait pas surprenant de voir dans quelques années l’Iran développer l’arme atomique, profitant du flux de devise étrangère après la levée progressive de sanctions. Compte tenu de cette triste réalité, on comprend aisément pourquoi Benjamin Netanyahou, le premier ministre israélien aura été l’un des plus farouches opposants à un accord sur le nucléaire Iranien.

Outre les Cabinets de lobbying le gouvernement Américain dispose d’un système de vente entre etats qui élimine de facto la notion de concurrence et contourne la règlementation de l’OMC. On l’appelle le FMS ( Foreign Military Sales).Via des Appels d’offre de gré à gré les Américains s’assurent des contrats de défense en négociant directement avec les dirigeants sans passer par une commission d’appel d’offre et sans les normes restrictives de commerce en matière imposées par l’OMC. Cette méthode assure à elle seule l’essentiel des ventes d’armes des Etats-Unis. Le FMS est placé sous l’autorité directe de la DSCA (Organisme américain de coopération militaire).Le FMS a ainsi permit aux américains de vendre des armes dans le golfe ainsi que dans des régions ou les pays européens devaient au mieux espérer des appels d’offres publics ouverts à la concurrence. La DSCA a annoncé que l’Emirat compte se procurer 2 unités THAAD, 12 lanceurs, 150 missiles intercepteurs, 2 radars AN/TPY et un radar d’alerte avancée .Le tout pour 6,5 milliards de dollars. En définitive nous pensons que les Etats-Unis ont su via un lobbying efficace en interne pour avoir l’aval des dirigeants et hors des frontières avec l’expérience de grands cabinets privés ainsi que des appels d’offre de gré à gré ,créer un réseau propice à leurs ventes d’armes dans le golfe persique.

Bibliographie

https://www.opensecrets.org/lobby/clientsum.php?id=D000000165&year=2012
http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_iranienne
http://www.guardian.co.uk/uk/2012/oct/14/military-lobbying-scandal-more-embarrassment

http://www.dsca.osd.mil/home/foreign_military_sales.htm

How The Top 10 Military Contractors Lobby In Tandem


https://www.opensecrets.org/lobby/top.php?indexType=s
https://www.opensecrets.org/lobby/clientagns.php?id=D000000104&year=2012
http://french.moqawama.org/essaydetails.php?eid=8049&cid=276

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *